• Séverine

D'Amsterdam à Bruxelles, le 29 juillet 2020

Aggiornato il: set 30



Depuis le début du confinement, ce morceau des King Crimson me trotte en tête. Il s'intitule The Night Watch, inspiré de La Ronde de Nuit de Rembrandt. J'avais en réalité confondu le thème du tableau avec celui de La Leçon d'Anatomie du Docteur Tulp. Atmosphère tragique, mélancolie. Des grelots, le violon qui fait écho la voix, la mélodie aux intonations baroques, les aigus de la guitare de Robert Fripp. Le thème revient, déchirant, à verser des larmes.


Arrivés à Amsterdam voici une dizaine de jours. Sur l'autoroute, les panneaux annoncent ''Avoid busy places. Control the virus.'' Responsabilisation et non interdiction : les Pays-Bas. Si les écoles ont été fermées pendant 6 semaines et le travail en remote fortement encouragé, les commerces comme les parcs sont restés ouverts. A chacun de prendre ses responsabilités. Tom n'est pas retourné au ministère depuis lors, il livre ses analyses juridiques depuis la chambre de son fils, plutôt détendu. Atmosphère décontractée dans la ville même si les passants sont bien attentifs à respecter la distance d'1m50 en se croisant. Masque obligatoire dans les transports publics, quelques personnes masquées dans les rues. Kalverstraat, l'artère commerçante, des hommes me demandent de circuler, de ne pas bloquer le flux. Je lutte pour installer mon fils dans la poussette, prends ma fille par la main et avance d'un bon pas. Nous bifurquons dans la rue suivante, evitons la foule. La foule... Amsterdam est plutôt tranquille, peu de touristes, habitants en vacances, souvent dans des campings hollandais. La ville est calme, verte, belle. Cosmopolite, ouverte. Et cette éducation basée sur la responsabilisation. Je me souviens d'une visite il y a bientôt trois ans dans des moulins encore en activité. A l'intérieur, meules, poulies et engrenages tournent avec fracas. D'immenses pieux en bois montent et descendent. Nous circulons avec notre fille, trois ans à l'époque, empruntons de raides échelles de meunier. Aucune cordelette rouge ou vitre pour limiter le parcours des visiteurs : on fait appel à notre sens de la responsabilité. On nous fait confiance, à mille lieux de l'infantalisation des voisins méridionaux. En Belgique, la première ministre (la première femme en poste, enfin ! ) vient d'annoncer que les Belges doivent limiter leurs contacts à cinq personnes pour un mois, la bulle des cinq. Je préférais le Club des Cinq. En Italie, obligation d'installer des senseurs sous les sièges auto des enfants qui avertissent si l'on oublie l'enfant dans la voiture. Senseurs pour la ceinture, les phares, le verrouillage. Infantilisation généralisée. La mentalité hollandaise fait du bien, on se sent moins cons.


Entrée dans Bruxelles, les tunnels, le tout bagnole après le tout vélo. Quand je comprends (enfin) l'amour de mon amour pour Amsterdam... Masques omniprésents (obligatoires presque partout), fichage au resto, 30 minutes max pour faire ses courses (seul), max 10 personnes pour un barbecue. Ballade dans notre parc préféré aux allures de forêt, magnifique ciel bleu. A demain les amis.



79 visualizzazioni1 commento